Lingua è cultura corsa
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Rochiccioli Natale

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Rochiccioli Natale    Lun 5 Mar - 18:48

Natale Rocchiccioli hè natu in 1911 in Carghjese duv’ellu s’hè spentu di dicembre di u 2002 à l’età di 91 annu. Dintistu di mistieru, s’hè fattu cunnosce di più per via di e fole ch’ellu cuntava cà per via di a so piuma, ma si pò puru cunsidarà cum’è un scrittore corsu, è ancu un scrittore importante inde u genaru ch’ellu pussidia u più: a puesia comica. Ùn fù micca solu Rochiccioli à intirissassi à a favula, parechji a li pruvonu cum’è per u indettu Ghjannettu Notini o Petru Santu Ricci ma ferma quantunque Rochiccioli u più cunnisciutu. A so opara hè custituita di duie parte maiò: e “favule di Natale” è u rumanzu “Cavallaria Paisana”.



_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: E favule    Lun 5 Mar - 18:53

A maiò parte di e so favule sò adattazione assai libare di quelle di La Fontaine ma ùn si tratta mancu appena di traduzzione : Rochiccioli scrive un’antra storia, ispirata da quella di u Francese cù una vistitura corsa. Quandu si parla di favula ci vene subitu à mente u nome di La Fontaine ( 1621-1695) ma u pueta francese s’hè ispiratu dinù ellu per scrive e so puesie di u Grecu Esopu (VII°, VI° Seculu N. C.) chì ellu s’appoghja annant’à conti urientali. Essendu latinistu si saria ispiratu forse ancu di più di u puetu latinu Fedru (15 N.C, 50 D.C) è dinù d’astri favulisti cum’è Faerne (XVI°) o Abstemius (XVI°). Si vede dunque chì s’ellu hè una riferenza La Fontaine, ùn hè micca ellu « a surgente » di a favula…


Da fà soie e favule di La Fontaine, Rochiccioli adopra una tecnica bella pricisa aghjustendu elementi novi chì ghjuvaranu à rende e so criazione (chì sò più criazione cà adattazione) quandu più nustrale, quandu più attuale è quandu più ridicule:

-Più nustrale
quandu per esempiu in « le loup et le chien maigre » di La Fontaine , u cane dice chì u so patrone hà da marità a figliola è chì essendu di nozze hè custrettu à ingrassà, si vede bè chì a trasfurmazione vulsuta da Rochiccioli hè fatta per chì u Corsu appii a imprissione di leghje una favula nustrale, a fiura di a vechja Corsa chì face i salami l’hà scelta per quessa : veste i testi di La Fontaine di pannu corsu. Accade spessu ch’ellu ammenti lochi (Capitellu, Prunellu, Caldaniccia, ecc.) o ghjente (Richaud, Martinetti, Gubanti, ecc.) chì situeghjanu a favula inde u spaziu.

-Più attuale : u fattu d’ammintà parsunalità aiaccine (o di u so paese) ùn situeghja micca u testu solu inde u spaziu ma dinù inde u tempu, sò i so amichi, chì campanu attempu à ellu… accade dinù ch’ellu ammenti l’attualità di tandu. Sò parechji l’elementi chì situeghjanu chjaramente e so favule à l’eplica di l’autore… « Sì u to vicinu si pò pacà una Mercedes », « U giandarmu chì vi schiaffa a cuntravinzione », « u Corbu facia l’hélicoptère », ecc.

-Più ridicule quand’ellu discrive l’azzione cum’è per esempiu a prova di u corbu chì si vole piglià u « tintinnaghju di u tagliolu » (l’acula è u corbu), o per via di e so cacciate è di i so paraconi : « cantò una paghjella cù una voce scannata cum’è una vechja patella » (U Corbu carbuccese), « babbu corciu ch’ellu hè face a barre fixe ind’è Martinetti » (U Lupu è l’Agnellu)… o dinù per via di l’accatastera di rime è soni sumigli cum’elli a ci mostranu cusì bè sti versi di a favula intitulata Lupu famitu è Cane magru :

« Cumu ti piaciaria à esse : spilatu, spillatu
Sbrimbatu, matravirsatu, sfiancatu o tazzatu ?
Cumu voli ch’e ti fia ? à pezzi fini,
À frisgittini, à bulintini o à tagliarini ? »

Si pò rimarcà infine a prisenza di qualchì sfrancisume da rinfurzà l’effettu comicu. Hè una manera di stupisce u lettore chì ùn s’aspetta micca à vede spuntà parolle cum’è "vol plané, buttagasu, frigo o judo" in un scrittu corsu in particulare una « puesia »… Ci vole à dì dinù chì Rochiccioli scrivia un corsu ch’ellu vulia assai pupulare, è vicinu à quellu ch’ellu sintia fora. I sfrancisumi avianu dunque anch’elli a so piazza nu e so favule. Ghjoca dinù cù i « sfrancisumi » cù per esempiu majuscule invece di dì manghjuscula (Cavallus malatus) o la romance di Caldaniccia per dì a rumenzula (l'acula è u corbu). L’adopru d’altre lingue cà u corsu hà dinù una funzione comica, à Rochiccioli li piacia à ghjucà cù e lingue, è micca solu u francese, li piacia dinù à straccià u latinu per fà parlà preti è duttori, è ridesine attempu di ste parsone chì si volenu fà passà per più sapiente ch'elle sò : « è u latinus lasciatelu parlà à u curatus ».

U matrimoniu di u fondu è di a forma :

A forma puetica ùn caccia nulla à a storia, a rima ùn hè mancu appena pastoghja o pesu, à u cuntrariu rinforza l’effettu comicu di u testu. E sprissione, e intunazione è u ritimu di d'ogni favula, i so dialoghi, ne facenu un inseme assai vivu. Ùn pare mancu una puesia, eppuru a rima hè sempre prisente, quandu per incalcà un sonu, quandu per ghjustificà l’adopru di una parolla, rinfurzendu l’effettu comicu.

A muralità:

Di regula a muralità di Rocchiccioli ùn hè quella ch’ellu aspetta u littore. A favula « tradiziunale » hè una sturietta chì sbocca annant’à una muralità è a muralità ella hè u insignamentu ch’ ellu pò trave omu di sta sturietta, a favula hà di sicuru una funzione educativa. Cundiziunatu ch’ellu hè u littore da e virsione « uriginale » di La Fontaine, aspittarà forse ancu di più una « vera » muralità, a suspresa sarà dunque ancu più forte… ma quand’omu cunnosce à Rochiccioli, a soia a muralità s’aspetta sempre cù u listessu piacè di scopre ogni volta ciò ch’ellu hè andatu à circà, chì à Rochiccioli a so primura hè soprattuttu di fà ride a ghjente. Li piace à ridesi dinù di i difetti di a nostra sucetà (sucetà ch'ellu vede da nentru), si vede tandu quì un antru aspettu impurtante di a fola : a satara.

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO


Dernière édition par Circione le Lun 5 Mar - 20:46, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Pittistu hà fattu l'ovu   Lun 5 Mar - 20:13




Citation :

Les femmes et le secret

Rien ne pèse tant qu'un secret :

Le porter loin est difficile aux dames ;
Et je sais même sur ce fait
Bon nombre d'hommes qui sont femmes.
Pour éprouver la sienne un mari s'écria
La nuit étant près d'elle: «Ô Dieux, qu'est-ce-cela?
Je n'en puis plus, on me déchire!
Quoi? j'accouche d'un oeuf ! - D'un oeuf? - Oui, le voilà,
Frais et nouveau pondu. Gardez bien de le dire:
On m'appellerait poule; enfin n'en parlez pas."
La femme, neuve sur ce cas,
Ainsi que sur mainte autre affaire,
Crut la chose, et promit ses grands dieux de se taire.
Mais ce serment s'évanouit
Avec les ombres de la nuit.
L'épouse, indiscrète et peu fine,
Sort du lit quand le jour fut à peine levé;
Et de courir chez sa voisine.
«Ma commère, dit-elle, un cas est arrivé;
N'en dites rien surtout, car vous me feriez battre:
Mon mari vient de pondre un oeuf comme quatre.
Au nom de Dieu, gardez-vous bien
D'aller publier ce mystère.
- Vous moquez-vous? dit l'autre. Ah! vous ne savez guère
Quelle je suis. Allez, ne craignez rien.»
La femme du pondeur s'en retourne chez elle.
L'autre grille déjà de conter la nouvelle;
Elle va la répandre en plus de dix endroits;
Au lieu d'un oeuf, elle en dit trois.
Ce n'est pas encor tout, car une autre commère
En dit quatre et raconte à l'oreille le fait,
Précaution peu nécessaire,
Car ce n'était plus un secret.
Comme le nombre d'oeufs, grâce à la renommée,
De bouche en bouche allait croissant,
Avant la fin de la journée
Ils se montaient à plus d'un cent.



D'appressu à Abstemius (Bevilacqua).

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: U lupu è l'agnellu   Lun 5 Mar - 20:36



Basta una cacciata cum'è :"Babbu corciu ch'ellu hè face a barre-fixe ind'è Martinetti."o " Ci hè talmente duttori in Aiacciu chì prestu sò i malati chì mittaranu a so placca!" per dà un'idea di u comicu di Rochiccioli...


Citation :



Le Loup et l'Agneau (La Fontaine)
La raison du plus fort est toujours la meilleure :
Nous l'allons montrer tout à l'heure.

Un agneau se désaltérait
Dans le courant d'une onde pure.
Un loup survient à jeun, qui cherchait aventure,
Et que la faim en ces lieux attirait.
"Qui te rend si hardi de troubler mon breuvage?
Dit cet animal plein de rage :
Tu seras châtié de ta témérité.
-Sire, répond l'agneau, que Votre Majesté
Ne se mette pas en colère ;
Mais plutôt qu'elle considère
Que je me vas désaltérant
Dans le courant,
Plus de vingt pas au-dessous d'Elle ;
Et que par conséquent, en aucune façon,
Je ne puis troubler sa boisson.
- Tu la troubles, reprit cette bête cruelle,
Et je sais que de moi tu médis l'an passé.
-Comment l'aurais-je fait si je n'étais pas né ?
Reprit l'agneau ; je tette encor ma mère
-Si ce n'est toi, c'est donc ton frère.
- Je n'en ai point. -C'est donc quelqu'un des tiens :
Car vous ne m'épargnez guère,
Vous, vos bergers et vos chiens.
On me l'a dit : il faut que je me venge."
Là-dessus, au fond des forêts
Le loup l'emporte et puis le mange,
Sans autre forme de procès.


Phèdre a recueilli cette fable chez Esope. Elle a ensuite été traduite en français pour les écoles de Port-Royal par Le Maître de Sacy. C’est ainsi qu’elle inspirera La Fontaine.


Le Loup et l'Agneau (Esope)

Un loup, voyant un agneau qui buvait à une rivière, voulut alléguer un prétexte spécieux pour le dévorer. C'est pourquoi, bien qu'il fût lui-même en amont, il l'accusa de troubler l'eau et de l'empêcher de boire. L'agneau répondit qu'il ne buvait que du bout des lèvres, et que d'ailleurs, étant à l'aval, il ne pouvait troubler l'eau à l'amont. Le loup, ayant manqué son effet, reprit : « Mais l'an passé tu as insulté mon père. — Je n'étais pas même né à cette époque, » répondit l'agneau. Alors le loup reprit : « Quelle que soit ta facilité à te justifier, je ne t'en mangerai pas moins. » Cette fable montre qu'auprès des gens décidés à faire le mal la plus juste défense reste sans effet.

Le Loup et l'Agneau (Phèdre)

Un loup et un agneau pressés par la soif étaient venus boire à un même ruisseau. Le loup était au-dessus, et l'agneau beaucoup plus bas. Alors ce voleur, poussé par son avidité et par sa rage, cherchant querelle, dit à l'agneau: « Pourquoi viens-tu ici troubler l'eau que je bois ? » L'agneau lui répondit en tremblant : « O loup, comment, je vous prie, puis-je faire ce dont vous vous plaignez, puisque l'eau coule de vous à moi, avant que je la boive ? » Le loup, repoussé par la force de la vérité, lui dit : « Mais il y a près de six mois que tu as médit de moi. - Certes, lui répondit l'agneau, je n'étais pas encore né. - Si ce n'est toi, c'est donc ton père qui a médit de moi. » Et ainsi il se jette sur lui, le déchire, et le tue injustement.
Cette fable est faite pour ceux qui, sous de faux prétextes, oppriment les innocents.

LE MAISTRE DE SACY (1613-1684), Les Fables de Phèdre affranchy d’Auguste traduites en françois avec le latin à coté, 1647.

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Cavallus malatus   Lun 5 Mar - 20:39




Citation :


Le Cheval et le Loup

Un certain loup, dans la saison
Que les tièdes zéphyrs ont l'herbe rajeunie,
Et que les animaux quittent tous la maison,
Pour s'en aller chercher leur vie,
Un loup, dis-je, au sortir des rigueurs de l'hiver,
Aperçut un cheval qu'on avait mis au vert.
Je laisse à penser quelle joie .
« Bonne chasse, dit-il, qui l'aurait à son croc !
Eh ! que n'es-tu mouton ! car tu me serais hoc,
Au lieu qu'il faut ruser pour avoir cette proie.
Rusons donc. » Ainsi dit, il vient à pas comptés ;
Se dit écolier d'Hippocrate ;
Qu'il connaît les vertus et les propriétés
De tous les simples de ces prés ;
Qu'il sait guérir, sans qu'il se flatte,
Toutes sortes de maux. Si Dom Coursier voulait
Ne point celer sa maladie,
Lui loup gratis le guérirait ;
Car le voir en cette prairie
Paître ainsi, sans être lié,
Témoignait quelque mal, selon la Médecine.
« J'ai, dit la bête chevaline,
Une apostume sous le pied.
- Mon fils, dit le docteur, il n'est point de partie
Susceptible de tant de maux.
J'ai l'honneur de servir Nosseigneurs les Chevaux,
Et fais aussi la chirurgie. »
Mon galant ne songeait qu'à bien prendre son temps,
Afin de happer son malade.
L'autre, qui s'en doutait, lui lâche une ruade,
Qui vous lui met en marmelade
Les mandibules et les dents.
« C'est bien fait, dit le loup en soi-même fort triste ;
Chacun à son métier doit toujours s'attacher.
Tu veux faire ici l'arboriste,
Et ne fus jamais que boucher. »


Le mulet et le Loup (Esope)

Un loup vit un mulet qui paissait dans un pré : il l'eût volontiers mis en pièces ; mais comme il le voyait sur ses gardes, et de taille à se bien défendre, il crut qu'il en viendrait mieux à bout par la ruse que pas la force. Il l'aborde donc, se dit médecin des plus experts, et lui fait offre de ses remèdes. J'en ai, lui disait-il, de si sûrs, que si vous ressentez quelque incommodité, je me fais fort de vous en délivrer sur-le-champ. Vous m'obligeriez beaucoup, repartit le mulet, qui se doutait du dessein, si vous vouliez bien me tirer une épine qui vient de me blesser le pied. Disant cela, il lève celui de derrière, et le présente au loup. Celui-ci, qui ne cherche qu'à prendre son temps pour se lancer sur le mulet, s'en approche ; mais tandis qu'il le considère, l'autre lui desserre une ruade, qui lui fracasse toute la mâchoire. Je n'ai que ce que je mérite, dit le loup tout triste. Devais-je faire le médecin, moi qui ne suis que boucher ?

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO


Dernière édition par Circione le Lun 5 Mar - 20:43, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: L'Acula è u Corbu.   Lun 5 Mar - 20:42


Citation :


Le Corbeau voulant imiter l'Aigle.

L'Oiseau de Jupiter enlevant un Mouton,
Un Corbeau, témoin de l'affaire,
Et plus faible de reins, mais non pas moins glouton,
En voulut sur l'heure autant faire.
Il tourne à l'entour du troupeau,
Marque entre cent Moutons le plus gras, le plus beau,
Un vrai Mouton de sacrifice
On l'avait réservé pour la bouche des Dieux.
Gaillard Corbeau disait, en le couvant des yeux
Je ne sais qui fut ta nourrice ;
Mais ton corps me paraît en merveilleux état
Tu me serviras de pâture
Sur l'animal bêlant à ces mots il s'abat.
La moutonnière créature
Pesait plus qu'un fromage ; outre que sa toison
Etait d'une épaisseur extrême,
Et mêlée à peu près de la même façon
Que la barbe de Polyphème.
Elle empêtra si bien les serres du Corbeau,
Que le pauvre Animal ne put faire retraite.
Le Berger vient, le prend, l'encage bien et beau
Le donne à ses enfants pour servir d'amusette.
Il faut se mesurer; la conséquence est nette
Mal prend aux volereaux de faire les voleurs.
L'exemple est un dangereux leurre
Tous les mangeurs de gens ne sont pas grands seigneurs ;
Où la Guêpe a passé, le Moucheron demeure.



Esope est à la base de cette fable (« L’Aigle, le Choucas et le Berger »). Gilles Corrozet interprétera cet apologue. C’est chez lui que La Fontaine trouvera le thème du corbeau encagé et donné comme jouet aux enfants :

L’Aigle, le Choucas et le Berger

Un aigle, fondant d'une roche élevée, enleva un agneau. A cette vue, un choucas, pris d'émulation, voulut l'imiter. Alors, se précipitant à grand bruit, il s'abattit sur un bélier; mais ses griffes s'étant enfoncées dans les boucles de laine, il battait des ailes sans pouvoir s'en dépêtrer. Enfin le berger, s'avisant de la chose, accourut et le prit; puis il lui rogna le bout des ailes, et, quand vint le soir, il l'apporta à ses enfants. Ceux-ci lui demandant quelle espèce d'oiseau c'était, il répondit: « Autant que je sache, moi, c'est un choucas; mais, à ce qu'il prétend, lui, c'est un aigle. » C'est ainsi qu'à rivaliser avec les puissants non seulement vous perdez votre peine, mais encore vous faites rire de vos malheurs.

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: U Chjavellu di u Balaninu (uriginale)   Lun 5 Mar - 20:52




U chjavellu di u Balaninu


In fiera di a Santa di u Niolu, ziu Antone
Avia vindutu u so sumirone.
Un bellu sumirone era è Fiurinu, sempre à spassu,
Videndu l’animale tondu è grassu,
Truvede u prezzu un pocu bassu.
“ Ùn capiscu micca! ” disse à ziu Antone,
“ Decemila franchi sulamente un tal sumirone ? ”
“ O fiurì... Avaria ancu cacciatu qualchì francu...
S’e l’aghju datu à decemila hè chì u sumere hè sciancu! ”
Fiurinu (storia di fà si pacà un bichjere)
Và à truvà u cumpradore di u sumere...
“ O amicu, ziu Antone chì cunnosce e chjachjare à veghja
V’hà vindutu un sumere chì scianchitteghja! ”
“ A sò o Fiurì... Avanti di pacà lu, aghju guardatu di versu,
Un chjavellu di u farru hè intrutu di traversu...
Più cà ziu Antone sò digurditu:
Da ch’e cacciu u chjavellu u sumere hè guaritu! ”
Fiurinu, da stu sicretu guasi spavintatu,
Andede à ritruvà à ziu Antone u disgraziatu:
“ O ziu Antò! Vi cridia più finarellu...
U sumere scianchitteghja firitu da un chjavellu,
Pudete dì chì a ghjurnata l’avete guadanta
U sumere di decemila ne vale sissanta!...
“ O amicu... Sè un Fiurinu pocu finu
Ùn sè micca Balaninu,
Sò statu eiu u mio amichellu
Chì aghju ficcatu u chjudarellu
Per lascià crede à quellu birbantellu
Chì u sumere hè sciancu per via di u chjavellu!
Ma ancu senza chjavellu, undeh! per Diu santu!
U sumere ristarà sempre sciancu!

Muralità:

Fiurì Fiurinu, pocu finu
S’è tù t’infarri cù un Balaninu
Ai da perde u to latinu!

Natale Rochiccioli, Favule di Natale.

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: U bacinu di i pomi (uriginale)   Lun 5 Mar - 20:54


_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erbaghju



Messages : 452
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 5 Mar - 21:08

@Circione a écrit:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erbaghju.unblog.fr/
Erbaghju



Messages : 452
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 5 Mar - 21:25

@Circione a écrit:

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erbaghju.unblog.fr/
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 5 Mar - 21:32

ditone cheers

Ci emu da campà cù Isulamatre!

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Erbaghju



Messages : 452
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 5 Mar - 21:56

@Circione a écrit:


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://erbaghju.unblog.fr/
di sfughjita



Messages : 124
Date d'inscription : 06/03/2012
Localisation : Bastia

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Mer 7 Mar - 10:39

ditone Vi filiciteghju, ringraziendu vi pè tutte e perle chì ci date quì à stà à sente è dinù à leghje. Per mè sò rigali di scelta fina chì m'aiùtanu assai i testi per capì megliu ciò ch'ella mi cunta a voce. Ed hè vera chì frà tutte e videò pruposte quì sopra ùn ne cunniscia cà una sola. O piaceri ! O quant'è mi campu in grazia di a vostra generusità riguardu à a spartera ! salutu

ci campemu

S'ella v'interessa è chì voi ùn l'avete dighjà eccu dui'altre videò di Natale ROCHICCIOLI. Pè i testi mi màncanu a pràtica è dinù l'arechje aversate per chjappà e frase ghjuste. Tandu avà tocca à i più aggalabati di st'Isula à pruvàllasi s'ella l'aggradisce ben intesu !

http://youtu.be/mts4nnB3Aac
http://youtu.be/d6C7itq6vww
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 23
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Mer 7 Mar - 13:05

@di sfughjita a écrit:
Ed hè vera chì frà tutte e videò pruposte quì sopra ùn ne cunniscia cà una sola.

Què ùn mi stona manc'appena perch'è ste video sò fatte ghjustu per u foru Isula! ùn esistianu micca nanzu! Wink
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 23
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Mer 7 Mar - 14:09







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
di sfughjita



Messages : 124
Date d'inscription : 06/03/2012
Localisation : Bastia

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Ven 9 Mar - 9:18

@sò a écrit:







ditone mipiace Grazie tante o Sò ! Cusì bellu rigalu sti testi quì sopra ! evviva
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur




Messages : 23
Date d'inscription : 29/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Ven 9 Mar - 21:26

di nunda o di sfughjita!

stu foru di spartera!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Michela



Messages : 194
Date d'inscription : 08/03/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 23 Avr - 8:17

Citation :
@sò a écrit:
di nunda o di sfughjita!

stu foru di spartera!

À mè dinù!!! mipiace



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
di sfughjita



Messages : 124
Date d'inscription : 06/03/2012
Localisation : Bastia

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Lun 23 Avr - 10:30

Si pò dì sempre, si pò nè ? mipiace

Mi riscalda l'ànimu è l'ànima in listessu tempu stu testu quì sopra !

Scialàtevila tutti ditone
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Circione



Messages : 2157
Date d'inscription : 27/02/2012

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Jeu 4 Oct - 22:38

LUPU FAMITU È CANE MAGRU

À chì vidia stu cane magru seccu è codicortu
Si dicia : “ Què hè u cane di u Tortu. ”
U Tortu ? Un di sti cristiani chì posanu ghjurnate sane.
Ùn magnava ellu è ancu menu u so cane.
U lupu chì u scuntrò fece a stessa riflissione,
Ma era ora di cullazione...
U cane ùn abbe bisognu di cannuchjale
Par vede chì u lupu u vulia piubacciu male.
Un babbu soiu quand’ell’era zitillone,
U minacciava spessu di st’apparizione.
U lupu, pelirittu s’avia da lampà :
U cane pinsò ch’era ora di parlà...
Ci vulia à truvà qualcosa par salvassi a “ misa ” :
Pianta, guarda u lupu è li face una risa,
À pocu pressu a risa di curdiale affizzione
Ch’è vo fate à u giandarmu chì vi schiaffa a cuntravinzione.
“ O Sgiò lupu, hè quant’è à dassi à a croce !
Sò magru cum’è un steccu è viotu cum’è una noce...
Aspetta una misata... zia Fiurina hà da fà i salami ;
Sò duv’ella i piatta. Volta è di mè, ingrassatu, ti sbrami. ”
U lupu sapia chì a carne purcina
Dà un gustu savuritu à quella ghjacarina...
Torna un mese dopu. Ma u cane, pelilisciu è rasu
Tondu cum’è una botte di “ Buttagasu ”,
Imbuffatu à salami è carne di “ frigò”,
Avia pigliatu e lizziò di “ judò ”.
“ Scusate, o Sgiò cane, ùn sariate micca...
- Sò ! cumu a voli ? à incapate, à dintate ?
Ùn ai mai vistu lupi cambiati in frittate ?
Cumu ti piaciaria à esse : spilatu, spillatu,
Sbrimbatu, matravirsatu, sfiancatu o tazzatu ?
Cumu voli ch’e ti fia ? à pezzi fini,
À frisgittini, à bulintini o à tagliarini ? ”
U lupu rinculendu hà ingullitu u so stupu
È i so ochji dicianu : “ S’e avia sappiutu... ”
Muralità
U sicretu di a vita hè di sapè,
Di sapè chì i salami ci vole à piattalli bè...
Par quelli chì sbarcanu cù a scusa di i parenti,
È prima d’imbarcà s’arrotanu i denti.
Ghjunti pien di parfumi è di savunette,
Partenu carchi d’agliu, cipolle è salciccette...

Rochiccioli Natale ; Favule di Natale.

Citation :

Le petit Poisson et le Pêcheur

Petit poisson deviendra grand
Pourvu que Dieu lui prête vie;
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c'est folie:
Car de le rattraper il n'est pas trop certain

Un carpeau, qui n'était encore que fretin,
Fut pris par un pêcheur au bord d'une rivière.
«Tout fait nombre, dit l'homme en voyant son butin;
Voilà commencement de chère et de festin :
Mettons-le en notre gibecière.»
Le pauvre carpillon lui dit en sa manière :
«Que ferez-vous de moi ? Je ne saurais fournir
Au plus qu'une demi-bouchée.
Laissez-moi carpe devenir :
Je serai par vous repêchée;
Quelque gros partisan m'achètera bien cher :
Au lieu qu'il vous en faut chercher
Peut-être encor cent de ma taille
Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi, rien qui vaille.
- Rien qui vaille ? Eh bien ! soit, repartit le pêcheur :
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur,
Vous irez dans la poêle; et vous avez beau dire,
Dès ce soir on vous fera frire .»

Un Tiens vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l'auras;
L'un est sûr, l'autre ne l'est pas.


Le Loup et le Chien maigre


Autrefois Carpillon fretin
Eut beau prêcher, il eut beau dire ;
On le mit dans la poêle à frire.
Je fis voir que lâcher ce qu’on a dans la main,
Sous espoir de grosse aventure,
Est imprudence toute pure.
Le Pêcheur eut raison ;
Carpillon n’eut pas tort.
Chacun dit ce qu’il peut pour défendre sa vie.
Maintenant il faut que j’appuie
Ce que j’avançai lors de quelque trait encor.
Certain Loup, aussi sot que le pêcheur fut sage,
Trouvant un Chien hors du village,
S’en allait l’emporter ; le Chien représenta
Sa maigreur : Jà ne plaise à votre seigneurie
De me prendre en cet état-là ;
Attendez, mon maître marie
Sa fille unique. Et vous jugez
Qu’étant de noce, il faut, malgré moi que j’engraisse.
Le Loup le croit, le Loup le laisse.
Le Loup, quelques jours écoulés,
Revient voir si son Chien n’est point meilleur à prendre.
Mais le drôle était au logis.
Il dit au Loup par un treillis :
Ami, je vais sortir. Et, si tu veux attendre,
Le Portier du logis et moi
Nous serons tout à l’heure à toi.
Ce Portier du logis était un Chien énorme,
Expédiant les Loups en forme.
Celui-ci s’en douta. Serviteur au portier,
Dit-il ; et de courir. Il était fort agile ;
Mais il n’était pas fort habile :
Ce Loup ne savait pas encor bien son métier.



Jean de LA FONTAINE (1621-1695).

_________________
Spunsurizatu  da l'UNESCO
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Sperenza



Messages : 1143
Date d'inscription : 28/02/2012
Localisation : quassù

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Dim 21 Oct - 23:06

Sì u ben di Rocchiccioli era sempre cun noi, forse ch'averia imaginatu per l'occasione qualchi favulella mettendu in scena un orsu è un lione.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://isulana.blogspot.com
Sperenza



Messages : 1143
Date d'inscription : 28/02/2012
Localisation : quassù

MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Mer 31 Oct - 15:56

Appena d'allegria in sti ghjorni tristi... Rolling Eyes








Trovu in Lingua Viva, scola di siconda è scola di prima (Santu Casta).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://isulana.blogspot.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Rochiccioli Natale    Aujourd'hui à 9:08

Revenir en haut Aller en bas
 
Rochiccioli Natale
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Terre Natale - La Légende de Drizzt 1 - Les Royaumes Oubliés
» Salvatore, R.A. - Terre Natale - La Légende de Drizzt 1 - Les Royaumes Oubliés
» [Second rôle] Nazzareno Natale ? ( interprète de Paco dans EPQDDP )
» La Trilogie de L'Elfe Noir - Terre Natale
» Magnières, mon village natale.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
ISULA :: Quandu l'inchjostru sumena :: Antulugia-
Sauter vers: